Caillou
Caillou
Caillou
Caillou
Caillou
Caillou
Caillou

Caillou

Projet international et féminin
2022–2023

  • Spec­tacle pour la scène, 3 dan­seuses – 50 minutes (créé fin jan­vier 23 )
  • Autour du spec­tacle : pos­si­bi­li­té de mettre en place une per­for­mance qui « déboule », pour la rue et les espaces non dédiés, pou­vant impli­quer des ama­teurs. (durée adap­table)
  • Mon­tage de 3 film courts issus des rési­dences d’im­mer­sion réa­li­sées en amont de la créa­tion ( à par­tir d’a­vril 2023)

« Et si, depuis la Gua­de­loupe, la Casa­mance et la France, la mul­trasse Soli­tude, la prê­tresse Aline Sitoé Diat­ta et la femme poli­tique Olympes de Gouges se retrou­vaient aujourd’­hui, réunies par leurs quêtes de liber­té et d« équi­té. Que diraient-elles ?
Décou­vri­raient – elles la puis­sance de la soro­ri­té face aux consé­quences de l’his­toire escla­va­giste et colo­niale, qui a scel­lé le des­tin de leurs terres, et même du monde, depuis le 15e siècle ? Nous sommes sœurs. Cha­manes. Sor­cières. Femmes de l’At­lan­tique. À nous trois, nous for­mons un archi­pel sans fron­tières. Pas à pas, un caillou après l’autre.. On décons­truit, on sème, on inter­roge, on bou­ture. Un caillou après l’autre, on trace des ponts sans pas­se­ports ni visas. »

Caillou C’est un cri. Un hom­mage. Une prière.
Une ren­contre qui pose des ques­tions
Où en sommes-nous ?
Ka nou Sé qui sommes nous ?
Tout” moun sé moun / nous sommes tous humains
Un acte de résis­tance, une lutte pour nos exis­tences par­ta­gées et une célé­bra­tion de nos huma­ni­tés retrou­vées

« Caillou », pro­jet de créa­tion fémi­nin et col­la­bo­ra­tif, est nour­ri de recherches, de col­lectes et d’immersions cho­ré­gra­phiques, dans des ter­ri­toires mar­qués par l’histoire escla­va­giste et colo­niale fran­çaise. Des artistes, dan­seuses et vidéastes de France métro­po­li­taine, de Gua­de­loupe et du Séné­gal, se sont retrou­vées pour un pro­jet entre cha­cune de leurs terres, autour de la notion de déco­lo­ni­sa­tion. Elles ont mis les fron­tières et les vis-à-vis dans des espaces com­muns. Elles ont tra­vaillé sur les notions de regards, et de pos­tures. Sur ce qui a tra­ver­sé, et sur ce que l’absence raconte. La danse et la vidéo viennent témoi­gner d’un pro­ces­sus de création(s) par­ti­cu­lier, construit autour de la rela­tion entre mémoire, genre, raci­sa­tion et espace, et pla­cé au prisme de l’incidence colo­niale. Ain­si, durant l’an­née 2022, 3 rési­dences en immer­sion en France métro­po­li­taine , en Gua­de­loupe et au Séné­gal ont don­né lieu à des ren­contres dan­sées et fil­mées avec cha­cun des ter­ri­toires et de sa popu­la­tion. Des recherches his­to­riques et cultu­relles effec­tuées au préa­lable ont per­mis de cibler les lieux d’im­mer­sion, pro­po­sés, pour chaque rési­dence, pas les artistes du ter­ri­toire concer­né.

En Jan­vier 2023, Marie Hou­din (France métro­po­li­taine), Cla­risse Sagna (Séné­gal) et Stel­la Mou­tou (Gua­de­loupe) se retrouvent pour une der­nière étape la créa­tion d’un spec­tacle. À par­tir de la matière vidéo issue des rési­dences d’im­mer­sion, elles font un « bou­tu­rage cho­ré­gra­phique » qu’elles cultivent, étirent, déforment dans la construc­tion d’un spec­tacle de 50 minutes.

En paral­lèle de la créa­tion cho­ré­gra­phique, une com­mande vidéo est faite à trois vidéastes : Cleo­phée R.F Moser pour la France métro­po­li­taine, Elo­die Paul pour la Gua­de­loupe et Ina Thiam Mako­si pour le Séné­gal. À par­tir du regard que chaque vidéaste porte durant une des rési­dences d’im­mer­sion, 3 films courts sont réa­li­sés. Ces 3 films for­me­ront ensuite un seul film, bout à bout, qui pour­ra être dif­fu­sé autour du spec­tacle ou indé­pen­dam­ment.

DISTRIBUTION

Concep­tion : Marie Hou­din
RÉSIDENCE EN FRANCE MÉTROPOLITAINE ET EN GUADELOUPE
Artistes cho­ré­gra­phiques : Marie Hou­din, Bin­ta Syl­la , Stel­la Mou­tou
RÉSIDENCE AU SÉNÉGAL ET RETOUR EN FRANCE MÉTROPOLITAINE
Artistes cho­ré­gra­phiques : Marie Hou­din, Cla­risse Sagna, Stel­la Mou­tou
Vidéastes : Ina Thiam au Séné­gal, Elo­die Paul en Gua­de­loupe, Cléo­phée R. F Moser en France métro­po­li­taine
Créa­tion musi­cale France :
Fényan
Acces­soires : Karine Kry­ni­cki
Régie tech­nique France : Kim Wal­ser
Char­gée de pro­duc­tion :
Julie Cho­mard Bes­se­ro­va
Pro­duc­tion Engrenage[s]

PARTENAIRES, COPRODUCTEURS ET FINANCEMENTS

COPRODUCTEURS ET PARTENAIRES FINANCIERS
- CCN NANTES
Le spec­tacle CAILLOU a béné­fi­cié d’une rési­dence au CCNN et d’un apport en copro­duc­tion 
– CCN BALLET DU NORD
Copro­duc­tion : Cho­ré­gra­phique Natio­nal Rou­baix Hauts-de-France – Syl­vain Groud dans le cadre de l’accueil-studio / minis­tère de la Culture
– CCN D’ORLÉANS
En copro­duc­tion avec le Centre Cho­ré­gra­phique Natio­nal d’Orléans – Direc­tion Maud Le Pla­dec
KARUKERA BALLET
Avec le sou­tien du dis­po­si­tif Récif
CA CAP EXCELLENCE – CENTRE CULTUREL SONIS
– INSTITUTS FRANÇAIS DU SÉNÉGAL
– FLOW, CENTRE EUROREGIONAL DES CULTURES URBAINES ET LA VILLE DE LILLE
– FONDATION POUR LA MÉMOIRE DE L’ESCLAVAGE

SUBVENTIONS
– MINISTÈRE DE LA CULTURE-DRAC BRETAGNE – aide au pro­jet
INSTITUT FRANÇAIS À PARIS /
avec le sou­tien de l’Ins­ti­tut fran­çais à Paris et la Région Bre­tagne
MINISTÈRE DES OUTRE-MER-FEAC
- RÉGION GUADELOUPE

MISE À DISPOSITION D’ESPACES
– CENTRE CHOREGRAPHIQUE NATIONAL DE RENNES ET DE BRETAGNE –  Col­lec­tif FAIRE – Le Garage
– LE TRIANGLE – CITÉ DE LA DANSE RENNES
mise à dis­po­si­tion du pla­teau
– MCU DE OUAKAM À DAKAR
– ALLIANCES FRANÇAISES DE KAOLACK ET DE ZIGUINCHOR
– AFRICULTURBAN À PIKINE AU SÉNÉGAL

Cré­dits pho­tos : Cléo­phée R.F Moser, Elo­die Paul, Ina Mako­si

Informations
Contact production/diffusion : Julie Chomard Besserova

Dates à venir